free tracking

 

Progrès du canari du pays et Timbrado Espagnol

 

Il c'est passé beaucoup de temps ; presque vingt années depuis qu'un groupe d'enthousiastes canari cultures se sont réunies pour confectionner un Code pour juger les canaris du pays dans les concours.

Avant cette tentative de codifier le chant du canari qui nous occupe, cette tâche de mise jugement était effectuée d'une manière empirique. Il était récompensé au canari qu'il chantait plus, à auquel il avait la voix mélodieuse ou bien auquel plus aimait au juge. D'une manière réglée, claire, concise et préétablie, comme il n'est actuellement jamais fait. Nous ne devons pas oublier à l'heure actuelle ce qui est canari culture (qui a rendu possible ce Code ; je me réfère à cadeau Alejandro Élégant, qui présidai et a focalisé les discussions et les travaux pour porter à bonne fin la réalisation du Code mentionné.

Alors, à partir de ce moment, les concours de timbrado ont été quelque chose de sérieux et formel, réglementé. De l'empirisme il s'est passé au dominion du chant de l'oiseau, avec expression de la valeur dans des signes arithmétiques de chaque note que l'oiseau émettait. Les concours de « chant timbrado » ont commencé à avoir l'essor et le brillant qu'ils pouvaient avoir avec les exemplaires de cette époque. C'a été la première sélection sérieuse qui était effectuée depuis notre guerre civile.

N'oublions pas ni pour un moment que ce qui est cultivateur de ce canari (de celui-là alors) ne disposaient pas plus que certains d'exemplaires purs ; la majorité étaient métis d'autres races. Le matériel de base pour l'élevage et le concours n'était pas bon. « Le Code primitif » a été élaboré avec « des oiseaux en avant » ; avec les meilleurs canaris du pays qu'il y avait alors.

Ce canari, bien que non parfait, au contraire très imparfait, il ait par contre quelques bonnes qualités : joie dans son répertoire, métallique de voix, bonne diction et, sur toutes ses qualités, la bonne reproduction, sa prolifération facile.

Les qualités indiquées ont fait qu'on était en imposant progressivement sur d'autres variétés qui avaient commencé avec une meilleure base et davantage de pureté de race dans son origine. En augmentant le numéro de éleveurs et, à son tour, de celui d'oiseaux bagués annuellement ; en ayant lieu davantage de concours en Espagne, a obligé

À une nouvelle sélection dans la qualité des produits. Tout amateur appréciait déjà la différence de qualité entre un « bon timbrado » et un « timbrado des premiers temps ».

Les amateurs étaient formés dans l'interprétation du chant au moyen de revues (qu'ils étaient plusieurs), en exigeant, par conséquent, de meilleurs exemplaires pour leurs dépôts.

À son tour le Syndicat National de Bétail et les sociétés canari cultures ont créé ses juges experts, et, finalement, au moyen des gestions portées à bon terme par une de ces sociétés ornithologiques privées, concrètement la F.O.E., le Code primitif, légèrement retouché, a été internationalement reconnu. Nous avons déjà bons timbrado. Est déjà reconnu internationalement notre canari. Il peut à l'intérieur déjà concurrencé et hors de l'Espagne comme chacune des autres races. Tout un succès. Un effort gigantesque par tous. Parce que bien, la plus grande avance vient ensuite, rapide, tellement rapide que ce Code International, l'actuellement en vigueur, ne nous sert pas actuellement, nous étais petit. Il ne nous sert pas à juger  l'exemplaire exceptionnel que de temps à autre ils nous mettent en avant pour juger dans un concours. Par chance, ces exemplaires exceptionnels vont être très fréquents.

J'essayerai d'expliquer : Avec le code en vigueur nous pouvons juger avec équité et Justice 80 pour cent de ceux timbrado d'un concours, mais il y a 20 pour cent de canaris qui n'ont pas la liste pour refléter ce qu'ils ont chanté. Ceci que j'affirme n'est rien de nouveau ni personnel, mais c'est une inquiétude de dépassement dans l'amélioration de la race qui ne peux pas renoncer à l'exposer.

Beaucoup d'experts ont écrit sur ce sujet, en tirant conclusions très diverses. Ainsi, Cayetano Pérez Apprivoisé, d'Oviedo, dans le nombre 16 d'« Oiseaux » d'août 1961, dit : « La perfection du chant de celui du timbrado actuel exige la réforme du code », et la suit : « Les canaris d'Oviedo n'ont pas été soulignés avant parce que même en ayant une bonite conjointe 'ceux appelés « floreos » et notes composées, ils manquent de quelques notes qui bien que de basse ponctuation, influencent la qualification finale, en donnant le cas d'être récompensés d'autres oiseaux que bien qu'ayant une chant plus vulgaire, ils sont choisis conformément au Code mentionné en vigueur.

José Lacomba (Madrid), dans le nombre 17 d'« Oiseaux » d'octobre 1961. Il dit : « Toute réforme du Code en vigueur pour juger chant timbrado doit être méditée ». ET il continue à dire ; '' Il Est certain que chaque année nous écoutons des

Oiseaux de chant plus beau, avec des notes différentes à ce qui est primitives ". '' Canaris timbrado qui ne disent déjà pas le « chau-chau » ni le « piau-piau » ; mais parce qu'il existe certains de ces oiseaux, il y a-t-il motif pour rejeter un Code ? »

Santiago Ruiz Ruiz (Madrid). Dans le nombre 15 d'« Oiseaux » de juin 1961. Il dit : Dépassement du chant du canari du pays. '' Il Y a un autre problème encore plus grand que cette attitude partielle. Il s'agit du Code en vigueur pour Juger des canaris du pays. Celui que nous avons actuellement en vigueur il est hors d'utilisation, quand nous devrons juger un certain exemplaire de catégorie ».

Je dis maintenant : Je ne crois pas agissons avec Justice dans un concours quand avec l'actuel Code dans la main nous n'aurons pas d'autre remède que ponctuer des notes d'émission facile comme sont le « chau-chau » et « piau-piau » vulgaires (sans modulation) ou la castagnette moderne monotone ; donc ce qui est bonne, l'ancien nettoyage, de bons oiseaux timbrados... déjà il y a des années qu'il n'est pas entendu. Contre ceci, à un bon timbrado qu'émet cinq ou six cloqueos d'oiseau sauvage nous ne pouvons pas lui ponctuer plus qu'un ; mieux émis.

Relatif à la forme d'émission de ces notes, que je ne juge personnellement pas de mérite à auxquelles j'ai précédemment fait mention en bouche du Monsieur Lacomba, je dois dire que ceux actuels « champions de colle » émettent un « chau-chau » et un « piau-piau » inexpressif et monotone, mais, toutefois, considère de mérite et doit être pontuable la note modulée mentionnée ou en note lente, comme lui disent multitude de canaris timbrados asturiens. N'oublions pas que cette note a été la base de discussion de nos détracteurs et nous ils ont toujours nié qualité aux canaris qui la faisaient, dû sans doute à ne pas avoir entendu mentionnée la note dans leur véritable beauté et bien effectuée.

Ensuite j'insère un modèle de liste facilitée par une canari culture  asturien, qui à son tour est un juge expert dans la modalité et doté d'une grande inquiétude par la sélection et l'amélioration de notre race.

De la simple observation de ce projet de liste on souligne ceux par faits intéressants suivants :

  1. Apparaissent à nouveau dans les listes les « appels ». Note avec laquelle l'oiseau nous informe qu'il va commencer à chanter. Ils existent dans le Code primitif et qui « a été ensuite escamoté » sans motif justifié. Certaines de ces notes étaient et sont d'une beauté indubitable et sans type de doute d'exécution plus difficile que d'autres notes qui ont été conservées et sont persistées dans l'actuel Code.
  2. Des timbres persiste seulement ce qui est aigu ou métallique, générique du canari du pays. L'intervalle et le grave ont été toujours 'un tiroir de tailleur '' du Code. En étant prêté surtout le grave à des discussions aggravées sur si la forme d'émission est comme un tel timbre ou comme note rulada (roulade).
  3. Notes d'eau. Le pays canarien ou timbrado est une grande diva dans la réalisation de cette note, presque toujours cornu cloqueo o floreo, mais jamais comme note rulada ou rulo d'eau.
  4. Ce qui est cloqueos, variés et bellissimes, doivent être maintenus dans la future liste avec la ponctuation actuelle ; mais ils doivent être ponctués d'une manière indépendante aux notes d'eau dans cloqueo. La note qui nous occupe a été examinée dans le sens que notre canari non le fait. Être démontrée son existence on a examiné sa dénomination. Beaucoup de détracteurs de cette race affirment que le mot cloqueo est une définition qui n'exprime rien. Je juge que c'est une dénomination appropriée à la note mentionnée quand ornithologues de la hauteur de Roger Peterson, Cuy Mauntfort et Hobson, en décrivant une note des oiseaux sauvages, comme ils font avec l'étourneau peint, ils l'appelleront cloqueo et non gorger.
  5. Notes sauvages. Vient maintenant un chapitre très examiné. Le pays canarien ou timbrado intercale dans son chant, des notes des oiseaux sauvages les plus disparates, avec le même format d'émission (bien que non avec la même voix) que les liquides gorgiale (en effet je dis ici gorge) des mirs eux, autres, rouge gorge réel, chardonneret, Lugano, tarin et pinson commun.

Beaucoup d'amateurs qui lisent ce travail modeste, rappelleront que quelques canaris timbrado qui paraissaient avoir été enseigné à chanter dans une grande forêt par son semblable avec cette diversité d'oiseaux sauvages.

Après ce long exposé de faits il voudrait arriver à la conscience de tous, pour chercher une formule qui nous permet de ponctuer avec fidélité à un canari timbrado qui émet moins de notes qu'un autre de long répertoire, mais vulgaire dans son émission ; sans note de valeur extrêmement haute. En résumé, une médiane qu'il faut rejeté pour faire place à ce qui est exceptionnel qui existe déjà en abondance.

L'inquiétude par la rénovation et l'amélioration de notre oiseau va en augmentation jour par jour et ce qui est renouveler nous allons être une légion. S'il y a chaque jour plus urgent la nécessité d'une réforme du Code, ou au moins une unification du Code ou des critères arbitraux des juges ; pour pouvoir juger ce nouveau timbrado choisi, bellissime, nous on jette matériellement en haut sans avoir le Code à la mesure. Il ne voudrait pas finir cet article sans lancer une consigne toute les éleveurs de cette race. Vous ne devez pas consentir que le vôtre timbrado soient jugés dans vos concours plus que par des juges appropriés de cette modalité, donc un des facteurs (peut-être ce qui est seul) que freine ce développement expansif de notre cher penchant est de sortir du pas dans un concours avec le Monsieur « je sais tout », spécialiste dans rien, et qui  jugé  seul un concours.


Par José S. Núñez Riche

Revue Oiseaux, 2º époque, nº 5, 1968

Photos Timbrado

Suivez-nous

FacebookTwitterYoutubeGoogle

Entrer un montant : 

Sponsors